As-tu remarqué ? L’interdit alimentaire génère le désir alimentaire

Tu l’as déjà ressentie, n’est-ce pas ? Cette frustration de ne pas pouvoir avoir la chose que tu voulais tant. Enfant, de ne pas avoir ce jouet. Adolescente, de ne pas être autorisée à aller à cette sortie avec tes amis. Adulte, de ne pas manger ce bout de gâteau..!

Si tu te donnes autant d’interdits, c’est pour te contrôler, te limiter, te comporter. Mais le contrôle entraîne la perte de contrôle. Eh oui.

Le pire, c’est qu’on le sait tous ! Rappelle-toi, tu avais promis que tu ne toucherais plus jamais au chocolat. Et tu as tenu ! Mais juste un temps… C’était si bon au début, tu étais si fière de toi : tu résistais en passant devant les rayons, tu disais non aux propositions, tu perdais quelques kilos et tu arrivais même parfois à te convaincre que tu n’aimais plus ça ! Puis le chocolat – ce plaisir gustatif – est devenu ton ennemi. Tu devais à tout prix l’éviter ou le combattre. Tu devais être plus forte que lui. Il t’obsédait.

Et puis un jour ta perte de poids a stagné ; et là tu as craqué ! Tu as croulé sous un déluge de chocolat et vécu un remake de Charly et la Chocolaterie. C’était la libération, le plaisir infini… Puis sont arrivés les kilos et toute la culpabilité qui va avec. Et recommence, une fois de plus, le cercle vicieux : tu promets de ne plus jamais toucher au chocolat.

Pourtant, tu étais la plus motivée du monde..! Alors pourquoi ?

Réponse : C’EST PARCE QUE C’EST NORMAL. Parce que c’est BIOLOGIQUE : le fait de s’interdire un aliment modifie la relation alimentaire spontanée et corporelle. Le fait de t’interdire un aliment (le pain, les gâteaux…) ne fera qu’attiser encore plus ton désir alimentaire !  Dans leur livre « Intuitive Eating », les nutritionnistes Evelyn Tribole et Elyse Resch nous le précisent bien :

“Même si notre société a évolué, nos corps sont toujours parés et prêts à combattre la malnutrition. Nous avons une mémoire cellulaire qui n’a pas oublié les périodes de grande famine vécues par nos ancêtres. Dès que le corps a faim, s’il est privé de nourriture – et ce même de manière volontaire – il se pensera en période de famine. La restriction alimentaire stimule le cerveau à lancer une cascade d’envies de manger plus.”

Donc pour ne pas devenir une bombe à retardement prête à se lâcher sur tout ce qui a été interdit, autorise-toi ! Mais comment ?

Eh bien, c’est l’objet de toute une rééducation basée sur la bienveillance envers toi-même. Et sur l’écoute attentive de ton désir, tout simplement… Manger sainement, c’est savoir s’écouter !

Mais ceci fera l’objet d’un prochain article. Soit patiente, la suite au prochain épisode ! 😉

Astuce : Non, cela ne changera rien si tu prends aujourd’hui ce petit bout de fromage. Évalue la qualité et l’équilibre de ton alimentation sur une période de 2 à 3 semaines plutôt que sur un repas ou une journée ! C’est ça qui va réellement compter.

 

Article : Sarah Baron

Source : nospetitsmangeurs.org, livre “Intuitive Eating” (E. Tribole, E. Resch)

NOS BEST-SELLERS

0,00 

Sweet Shapes

Pack Fit Cookie

59,98  52,99 

Fabulous Glow

Aqua Splash

39,99 

181,77  / 100 g

Fabulous Glow

True Beauty

29,99 

19,99  / 100 g

Laisser un commentaire